Je considère Deux • L comme une pièce alchimique. Durant des siècles, les alchimistes médiévaux faisaient des expériences sur la nature dans leur quête de la pierre philosophale. Bien que nous ne cherchions ni perfection ni or, notre travail s’apparente à leur. Nous expérimentons la matière, altérant constamment le mouvement, l’énergie et les signes visuels en quête d’un corps et de son langage (langage est vu ici comme le corps de la pensée).

Ce processus ne prend pas une forme abstraite. La vision expérimentale de Lucinda et son langage théâtral, si rigoureux et complexe que l’on pourrait les qualifier de scientifiques, rencontrent une danseuse, moi-même, dont le parcours a été influencé par une culture orientale, un goût pour ses motifs cycliques d’une lenteur que certains persistent à qualifier de paresseuse.

Cette rencontre engendre pour nous et espérons-le pour le spectateur, une riche imagerie de la féminité. Un travail sur le corps féminin vu comme un langage propre, un langage envisagé comme le corps d'une pensée féministe.

Chorégraphie: Lucinda Childs
En collaboration avec: Lenio Kaklea
Interprétation: Lenio Kaklea
Son: Ryoji Ikeda, Headphonics [VPRO Version]
Lumières: Philippe Gladieux
Décor et vidéo: Paris Mexis
Monitoring: Agnès Henry – extrapole
Production: Le O
Coproduction: Vif du Sujet, SACD, France; Onassis Cultural Center, Athènes

Photos: Marc Domage